Compoix de Quissac (1619)

cpx-Quissac1619 048

PIERRE CASADO

RÉPARAT DU COMPOIX DE QUISSAC (GARD)

 

            Ce registre de 24 folios, daté de 1619, comme cela est indiqué au premier folio dans le verbal des circonstances de sa faction, est formé de cahiers cousus sans couverture. Il est en dépôt aux archives municipales de Quissac sous la cote CC 2. D’après son architecture et le contenu de son énoncé ce document n’est pas un compoix à proprement parlé. La fonction de ce registre ne consiste pas non plus à noter les transactions sur le foncier : on ne peut donc pas le qualifier de brevette. Il s’agit d’une remise à jour, d’une réactualisation d’un compoix antérieur, c’est-à-dire d’un réparat. Les rôles sont constitués de 1 à 6 articles qui font tous état de changement de la nature des biens, et ne sont pas l’inventaire de la totalité des biens des contribuables. Chaque rôle de contribuable indique en premier les nombreuses modifications dont a été l’objet le bâti : « mayson cituée dela le pont… dans laquelle avons trouvé avoyr esté faict une petite chambre, les privez et le jardin reduyt en court » ; « ung mas… partye duquel a esté couvert de nouveau » ; « une mayson que auparavant estoyt jardin », etc. Sont déclinées ensuite les nombreuses transformations dont a été l’objet l’espace agraire : « une rompude auparavant herm ou devez » ; « ung herm… a present terre labourive » ; « terre a prezent plantyé », etc. Pour l’ensemble du registre, 65 articles font état de transformation du parc immobilier (remaniements ou nouvelles constructions) et 100 articles font état de changements de culture (essentiellement des parcelles devenues des plantiers et dans une moindre proportion des canabieres). 3 articles sont des corrections d’oubli concernant une parcelle « qui n’avoyt point esté compezié ny enregistré dans le libvre du compoidz ».

            La langue de ce document ressortit à la langue française du début du XVIIe siècle, avec adaptation des termes techniques relevant du lexique du bâti (aiguieyre, jasse, etc.) ou du lexique de l’agraire (canabiere, boissiere, broque, etc.).

 

Transcription du  premier folio :

1) Nous soubz signés Pierre Brouset, arpenteur de la ville de Sauve

2) Folcrand Vilar bailhe et Claude Bringuier capptne du lieu de

3) Quissac, comis et depputez par les habitans dud. lieu de Quissac

4) par conseil général du cinquiesme jour de may dernier pour faire

5) un livre de réparations tant des maisons de nouveau construites

6) audit lieu et parroisse, ensemble des terres et hermes reduitz

7) et complantez en vignhe et méliorées soyt en predz, terres laboratives

8) et jardins, raportons, moyenant nostre serement par nous presté,

9) que despuys le livre du compoidz dud. lieu nous seryons acheminés

10) par toutes les maysons, plantiers et autres possessions dud. lieu,

11) paroisse et dudit Quissac avec l’assistance de Me Folcrand

12) Labric, notaire royal et premier consul dud. lieu, que nous avoyt

13) faict l’indication desd. maisons et et pièces contenues dans ladite

14) parroisse avec pluzieurs auttres habitans dud. Quissac. Sur

15) lesquelles avons faits les réparations, estimations et arpentement

16) selon la table dud. livre de compoisz a nostre advis au moings

17) mal que nous avons peu et sceu faire, le fort portant le foible

18) selon Dieu et nostre conscience ainsin qu’apert par le cayer

19) que s’ensuyt. Faict aud. lieu de Quissac ce tretziesmes jor du

20) moys de juing mil six cens dix neuf, en foy de ce nous somes

21) signéz

 

Devillas          Brouset           Beringuié

 

Transcription du verbal de cloture du registre, au dernier folio :

 

1) Toutes lesd. réparations, méliorations et détériorations

2) ont esté faictes et arpentées, estimées et alivrées

3) suyvant la table contenue dans le livre du compoidz

4) par nosd. Brouzet, De Vilas et Bringuier en foy

5) de ce nous somes signez a Quissac ce quatorziesme

6) jor du moys de juing mil six cens dix neuf et

7) ainsi par nous a esté procédé come cy dessus est

8) contenu

 

Beringuié        Brouset           Devillas

———————————————–

Lexique

 

L’agraire :

+ boissiere, s. f. ; (une boissiere au terroyr de Galobyé) ; francisation de l’occitan boissièra = « terrain où pousse le buis ».

+ brocatz, s. m. plur. ; (four a cuyre brocatz); occitan brocat = « grande cruche en terre ».

+ broque, s. f. ; (ung plantié en broque); francisation de l’occitan bròca = « scion », « marcotte ».

+ canabiere, s. f.; (terre a present canabiere) ; francisation de l’occitan canabièra = « chènevière ».

+ canelyé, s. m. : (ung petit coing de plantyé et canelyé) ; forme corrompue de l’occitan canelièr = « lieu planté de cannes ».

+ devoys, devez, s. m.; (herm ou devoys; une rompude auparavant herm ou devez) ; français moderne devoys, variante de devois, et graphie archaïque de l’occitan devés = « devois, champ ou bois où les bêtes ne pouvaient pas pâturer de mars à septembre »

+ escaurassade, s. f.; (terre a present terre et escaurassade); francisation et corruption de l’occitan escarrassada = « vigne à rameaux tombants ».

+ herm, herme, s. m. ; (ung herm a present partye plantié) ; graphie archaïque et corrompue de l’occitan èrm = « terrain inculte ».

+ jardin, s. m. ; (mayson que auparavant estoyt jardin) ; français moderne jardin ; a remplacé l’occitan òrt = « jardin ».

+ plantyé, plantier, s. m. ; (un petit coing de plantyé et canelyé; terre a present plantier); forme corrompue de l’occitan plantièr = « jeune vigne ».

+ pred, s. m.; (ung pred a present terre et canabiere); français moderne pred; a remplacé l’occitan prat = « pré ».

+ ribeyral, s. m.; (ung pred, une vignhe et ribeyral au dessoubz le pont) ; graphie corompue de l’occitan ribairal = « bord de cours d’eau »

+ rompude, s. f. ; (une rompude auparavant herm ou devez) ; francisation de l’occitan rompuda = « terain défriché ».

+ terre labourive ; s. f. + adj. f. ; (herme a prezent terre labourive) ; français moderne terre ou francisation de l’occitan terra puis francisation de l’occitan archaïque laboriva = « terre labourable ».

+ vignhe, s. f. ; (une vinghe a prezent jardin, pred, et canabiere) ; francisation, avec graphie hybride pour noter la mouillure de [ŋ], de l’occitan vinha = « vigne ».

 

Le bâti :

+ aiguieyre, s. f. ; (une aiguieyre au dernier de sa maison) ; francisation de l’occitan aiguièra = « évier », « lavoir ».

+ cazal, s. m. ; (partie de cazal a présent mayson; une canabiere a present cazal et petit four a cuyre brocatz) ; graphie archaïque de l’occitan casal « dépendance de la maison », « remise ».

+ cour, court, s. f.; (court a prezent cazal; une court a prezent palyé) ; français moderne cour et francisation de l’occitan cort = « cour ».

+ couvert de nouveau, adj. m. + loc. adv. ; français moderne couvert = « muni d’une toiture », et français moderne de nouveau = « récemment ».

+ cros, s. m. ; (ung cros a prezent mayson) ; occitan cròs = « creux à fumier ».

+ jasse, s. f. ; (partye d’une cour a prezent jasse) ; francisation de l’occitan jaça = « bergerie ».

+ mayson, s. f. ; (terre a prezent mayson descouverte et preste a couvrir) ; français moderne mayson ou graphie archaïque de l’occitan maison qui a remplacé la forme ostal = « maison ».

+ privez, s. m. plur. ; francisation de l’occitan privats, synonyme de cagador = « lieux d’aisance », « latrines ».

+ salestre, s. m. ; (ung salestre a prezent couvert) ; francisation de l’occitan celestre = « terrasse en partie couverte en haut d’une maison ».

 

– Système de mesure de superficie :

+ le destre, (environ 16 m²), puis le pan, pour le bâti.

+ la cesterée, le carton puis le destre, pour l’agraire.

 

– Système monétaire :

+ livre, sol, denier, pogeze / pougeze, pitte.

 

Les commentaires sont fermés.