Compoix de Génolhac (1515)

A1, couv. - copie2

Pierre CASADO

            Ce compoix est formé d’un registre de 230 folios, muni d’une couverture en carton recouvert d’un parchemin réutilisé. Il est en dépôt aux Archives départementales du Gard sous la cote C 1647. Le folio 16 est en doublon et il manque le folio 54.

            Ce registre est complet. Il commence par le protocole (4 folios), suivi de la rubrique (table des noms des contribuables : s’en sec la rubrica del present libre) indiquant en premier les contribuables domiciliés dans Génolhac même, puis ceux dépendant des masades aux alentours où certains sont domiciliés (Chambo Rigault, lo Pon de Rastel, Donarel, Malelheyras, lo Fesc, Bela Poyla, Larnaldés, lo Sollié, Lermet, la Feugière, Charnavas, Malencha, las Martinenchas, Chalaps) ;  certaines de ces masades se rattachent virtuellement à des communautés voisines (lo Fesc dépendait de Castagnols / Vialas en Lozère actuelle ; Charnavas, Malencha, las Martinenchas, Chalaps dépendaient de Sénéchas dans le Gard actuel). Nous avons écrit virtuellement car il semble qu’à cette époque, et dans cette région des Cévennes, la notion de communauté monocentrée autour d’un chef-lieu de village ne correspondait pas à un fonctionnement avéré. Puis vient le corpus comprenant 219 folios, qui suit le même ordonnancement que celui proposé dans la rubrique.

            Les mutations bien que rares et l’absence d’apparat dans la rédation de ce compoix semblent bien indiquer qu’il s’agit d’un usuel ; Pour délimiter les biens, le rédacteur du compoix s’est servi de 2, 3 ou 4 confronts mais sans utiliser les points cardinaux comme cela est l’usage le plus courant dans les compoix; on indique le premier contribuable voisin (confronta an Johan Arboset), les autres sont introduits par le syntagme d’autra part repris une, deux ou trois fois selon les besoins (d’autra part an Johan Dayras, d’autra part an Johan Verdelho, d’autra part an lo vallat). La qualité foncière des biens agraires est indiquée par plusieurs degrés de valeur : bona valo(r), segonda valo(r), petita valo(r).

            On notera dans ce compoix la variété des statuts des prés, selon qu’ils sont « non aven aygua », « sens aygua » soit sans possibilité d’irrigation, « a miega ayga » soit irrigable la moitié de l’année, ou bien « aven l’aygua tot l’an » soit irrigable toute l’année. On notera aussi que les maisons sont couvertes soit d’ardoise (lauza), de paille (palha), de bardeaux (posses) ou de tuiles (teules).

            La langue de ce compoix ressortit majoritairement à la langue occitane avec des traits du dialecte nord-occitan : cammas / chammas, cambra / chambra, noguièr / nogièr.

 

Lexique

 – Le bâti :

+ botiqua, s. f. ; (Steve Bertran ha una botiqua en Carrieyra Drecha de sot l’ostal de Anthoni Sabathié) ; occitan botica, var. de botiga = « boutique ».

+ cazal, s. m. ; (ung hostal et cazal en que habita) ; occitan casal = « petit bâtiment, proche ou loin de la maison et quelquefois sans toiture, perçu comme une annexe de la maison ».

+ cellié, s. m. ; (ung cellié) ; occitan celièr = « cellier, petite pièce ou construction attenante à la maison où se conservaient la nourriture et les liquides ».

+ chambra, s. f. ; (hostalz en que habita, una gran chambra, conten XVIII canas) ; nord-occitan chambra, occitan cambra = « chambre ».

+ cozina, s. f. ; (aqui pres la cozina conten X canas) ; occitan cosina = « cuisine ».

+ estable, s. m. ; (ung estable et ung hostal nou) ; occitan estable = « étable ».

+ hostal / ostal, s. m. ; (hostal cubert de teules ; hostal de cubert de palha ; hostals… et n’y a de cubert de lauza et de cubert de pailha) ; la forme la plus courante hostal est une graphie archaïsante de l’occitan ostal = « maison ».

+ instaga, s. f. ; (hostal a una instaga) ; ancien occitan instaga, occitan moderne estança = « étage ».

+ lauza, s. f. ; (hostal… cubert de lauza) ; occitan lausa = « ardoise ».

+ molin, s. m. ; (molys bladiés ; molin bladier a una roda ; molin drappier ; molin parado) ; occitan molin bladièr, molin drapièr, molin parador = « moulin à blé », « moulin à fouler les draps », « moulin à parer les draps ».

+ palha / pailha, s. f. ; (hostal cubert de palha) ; occitan palha = « paille ».

+ peda, s. f. ; (aqui tochan una peda que conten I civadié de bona valo) ; occitan peda « synonyme de daped = « emplacement », « surface au sol ».

+ porsiel, s. m. ; (ung porsiel) ; occitan porcièl, var. de porcil = « soue ».

+ pos, s. m. ; (hostal cubert de posses) ; occitan pòs, var. de pòst = « planche », « bardeau ».

+ qualquieyra, s. f. ; (hostal en que fay qualquieyra a las Qualquieyras) ; occitan calquièra = « fosse de tanneur ».

+ teule, s. m. ; (hostal cubert de teules) ; occitan teule = « tuile ».

– L’agraire :

+ cammas / chammas, s. m. ; (chammas lay ont fa pratz non revieuran, castanetz, hostalz…) ; occitan capmas, nord-occitan chapmas, occitan capmas = « domaine agricole principal ».

+ canto, s. m. ; (ung canto de vinha ; canto de terra complantada d’aulbres fruchiés) ; graphie corrompue de l’occitan canton = « coin », « petite parcelle ».

+ castanet / castanhet, s. m. ; (ung castanet plantat de nou a l’Ayrola) ; occitan castanet = « châtaigneraie ».

+ castanhié, s. m. ; (prat complanta de castanhiés) ; occitan castanhièr = « châtaignier ».

+ claux, adj. m. ; (ort et prat claux) ; occitan claus = « enclos », « fermé ».

+ fornage, s. m. ; (postage sive fornage) ; occitan fornatge = »redevance souvent en nature perçue par le postièr ou garçon du four ».

+ herm, s. m. ; occitan èrm = « terrain inculte ».

+ hort / ort, s. m. ; (ung hostal et ung ort de sobre l’espital) ; occitan òrt = « jardin ».

+ nogiés, s. m. pl. ; (hort complantat de nogiés) ; graphie corrompue du nord-occitan nogièr, occitan noguièr = « noyer ».

+ pessa, s. f. ; (doas pessas de terra) ; occitan pèça = « morceau ».

+ postage, s. m. ; (postage sive fornage) ; occitan postatge = »redevance souvent en nature perçue par le postièr ou garçon du four ».

+ prat, s. m ; (los pratz a miega aygue ; los pratz non aven aygua ; prat aven l’ayga tout l’an ; prat non revieuran) ; occitan prat = « pré ».

+ revieuran, adj. m. ; (prat non revieuran) ; occitan reviurant = « qui produit du regain ».

+ tailhada, s. f. ; (una tailhada de nou as Trolhas) ; occitan talhada = « bois récemment coupé ».

+ terra, s. f. ; (castanetz, hostals, terras tout tenent ; doas pessas de terra) ; occitan tèrra = « terre, superficie que l’on peut labourer et ensemencer ».

+ tros, s. m. ; (vinha et ung tros de terra) ; occitan tròç = « morceau ».

+ valat, s. m. ; (et ung valat passa dedins) ; occitan valat = « fossé », « ruisseau ».

+ vinha, s. f. ; (ung canto de vinha) ; occitan vinha = « vigne ».

– Voies et chemins :

+ cami, s. m. ; (confronta an tres camys ; lo camy el miech ; lo camy entre dos) ; occitan camin = « chemin « .

+ carrieyra, s. f ; (confronta an dos carrieyras) ; occitan carrièra = « route », « voie ».

+ draya, s. f. ; (confronta an la draya) ; occitan dralha = « chemin pour les troupeaux ».

+ traversa, s. f. ; (confronta an la carrieyra, d’autra part an la traversa) ; occitan travèrsa = « chemin de traverse ».

 

Les commentaires sont fermés.