Compoix de Codognan (1613)

Codognan compoix

Pierre CASADO

COMPOIX DE CODOGNAN (GARD)

Ce compoix est un registre de 343 folios en dépôt aux Archives départementales du Gard sous la cote C 1040. Sa réalisation a été effectuée entre 1611 et 1613, comme cela est indiqué au début du protocole. Il s’agit d’un usuel, surchargé de mutations dans les marges, courant de 1615 à 1673. De nombreux folios sont détachés et déclassés surtout au début et en fin de volume. La foliotation du corpus s’achève au nombre 335 ce à quoi il faut ajouter 2 folios détériorés. Pourtant nous n’avons comptabilisé que 328 folios pour le corpus actuel. Il y a donc au moins 9 folios qui manquent. Le registre est muni d’une couverture en carton recouvert de cuir, le tout étant en mauvais état.

            Ce compoix débute par le protocole indiquant les conditions de sa réalisation ; s’ensuit la délimitation des clausades formant le terroir de Codognan, avec au milieu et déclassée une table de concordance monétaire, puis vient la rubrique, table des noms des assujettis à la taille, également en mauvais état ; cette première partie comprenant 15 folios s’achève avec l’acte de rémission du compoix. La seconde partie est formée par le corpus commençant par le rôle de David Valette et finissant avec celui de Jacques Soulan ; les forains, c’est-à-dire les contribuables domiciliés dans les villages et villes voisins (Vergeses, Ayguesvives, Mus, Calvisson, Sommieres, Aubaix, Lunel, Aymargues, Caylard, Nismes, Milhau, Uchau, Boissiere, Nages) sont déclinés à partir du folio 195. Après la fin du corpus se trouve un morceau de plan correspondant à une partie du compoix.

            Il faut noter que dans ce registre est inséré au début un folio relatant le contrôle de ce compoix effectué en 1763 par le sindic et greffier du dioceze et qui dénombrait seulement 308 folios (?).

            La langue de ce compoix ressortit à la langue française du début du XVIIe siècle. Rares sont les occitanismes : on trouve quelquefois l’expression aquy pres (occitan aquí près) = « ici même ». L’article féminin pluriel est généralement noté las, comme toujours en occitan (dans le dialecte languedocien).

            La nature des parcelles du terroir est essentiellement constituée par des terres et des vignes avec quelques plantiers ; les jardins le long du Rhôny sont nombreux. Nous n’avons repéré qu’une seule parcelle qualifiée de terre herme = « terre inculte », et 9 candinieres, parcelles cultivées en chanvre pour fabriquer des toiles ou des cordages ; toutes ces parcelles étaient situées généralement a la Lone ou au Chemin de Nismes. La culture de l’olivier n’est représentée que par 4 ou 5 parcelles qualifiées d’ollivette.

Lexique

 

– L’agraire :

+ aire, s. f. ; (terre et aire a las Ayres) ; francisation de l’occitan aira = « aire à dépiquer les céréales ».

+ candiniere, s. f. ; (terre et candiniere a las Lones ; candiniere au Chemin de Nismes) ; francisation de l’occitan candinièra, synonyme de canabièra =  » chènevière « .

+ canier, s. m. ; (jardin et canier au Ronis) ; occitan canièr = « terrain où poussent les cannes ou les roseaux ».

+ claux, s. m. ; (un claux en Jaucant) ; francisation de l’occitan claus = « enclos » ; la nature de la culture de ces parcelles est difficile à identifier.

+ cros, s. m. ; (ung cros a pourir femier a l’Ort de Valort ; ung cros a porrir femier pres sa maison) ; occitan cròs = « trou », « fosse ».

+ herme, adj. f. ; (une terre herme) ; francisation de l’occitan èrma = « inculte ».

+ jardin, s. m. ; (jardin et puisage du puis au devant de sa maison ; jardin a l’Ort de Valort) ; a remplacé l’occitan òrt, attesté uniquement comme nom de lieu.

+ ollivette, s. f. ; (une ollivette au Chemin de Nismes) ; francisation de l’occitan oliveta = « oliveraie ».

+ plantier, s. m. ; (une terre et plantier dict las Servies) ; occitan plantièr = « jeune vigne ».

+ prad, s. m. ; (terre et prad as Pratz) ; graphie corrompue de l’occitan prat = « pré ».

+ terre, s. f. ; (terre et ayre a las Ayres) ; français moderne terre ou francisation de l’occitan tèrra = « terre, superficie que l’on peut labourer et ensemencer ».

+ vigne, s. f. ; (une vigne a la Lone) ; francisation de l’occitan vinha.

– Les voies de communication :

+ carriere, s. f. ; (du levant la carriere droicte) ; francisation de l’occitan carrièra qui dans ce compoix est en usage pour les zones bâties avec le sens du français « rue ».

+ chemin, s. m. ; (le chemin du Cailar ; le chemin de Galargues) ; français moderne chemin ; a remplacé l’occitan camin en usage pour les voies en zone agraire.

            Dans ce compoix les deux termes en usage, carriere et chemin, ont des fonctions bien discriminantes. Le premier ressortissant à la langue occitane ne sert généralement que pour nommer les voies qui desservent en interne le village de Codognan (niveau de langage à fonction infracommunautaire) ; le second ressortissant à la langue française ne sert que pour nommer les voies qui desservent les communautés voisines, Cailar, Galargues, Ayguesmortes, etc…(niveau de langage à fonction extracommunautaire).

– Le bâti :

+ casal, s. m. ; (casal de mas ; ung casal au Mas de la Viele) ; occitan casal = « petit bâtiment servant de remise, quelquefois sans toit, proche ou éloigné de l’habitat principal mais toujours perçu comme une annexe de l’habitation ».

+ court, s. f. ; (maison, pallier, court et molin a huile) ;  français moderne court ou francisation de l’occitan cort = « cour ».

+ estable, s. m. ; (ung estable et pallier) ; français moderne estable ou occitan estable = « écurie », « étable ».

+ jasse, s. f. ; (une jasse, jardin, court et puisage du puis coumun) ; francisation de l’occitan jaça = « bergerie ».

+ maison, s. f. ; (maison, palhier, le tout joignant) ; francais moderne maison qui a remplacé l’occitan ostal.

+ mas, s. m. ; (mas, jasse, court, jardin et tenement de terre al terroir appellé le Mas Blanc) ; occitan mas = « ferme », « domaine agricole ».

+ pallier, s. m. ; (maison, pallier, court, jardin) ; francisation de l’occitan palhièr = « pailler », « bâtiment pour stocker la paille, le foin ». La graphie palhier apparaît une ou deux fois dans ce compoix.

+ parran, s. f. ; (maison, court, parran le tout joignant) ; occitan parran =  » lopin de terre clos de muraille, près d’une maison ou en bordure d’un chemin « .

+ poussiou, s. m. (ung poussiou aquy pres, levant la carriere) ; francisation de l’occitan porcieu, var. de porciel, « porcil », fr. « soue ». La graphie avec double /-ss-/ note la prononciation [ss] pour [rs].

+ puis, s. m. ; (jardin et puisage du puis) ; français moderne puis, traduction de l’occitan potz = français contemporain « puits ».

+ selhon, s. m. ; (ung selhon de terre de deux tiers de destre de largeur servant de passaige) ; occitan selhon = « bande de terre ».

+ sellier, s. m. ; (une maison et sellier ; Item sollier pres sa maison) ; graphie corrompue du français moderne cellier ; ce terme traduit l’occitan tinal, encore en usage dans ce compoix.

+ tinal, s. m. ; (maison et tinal) ; occitan tinal = « cellier », « bâtiment où sont entreposés les tonneaux ».

– Les points cardinaux :

+ du levant = « du côté est ».

+ couchant = « du côté ouest ».

+ aure = « du côté nord ».

+ marin = « du côté sud ».

– Les mesures de superficie :

+ pour le bâti : le quarton et le destre.

+ pour l’agraire : la cesteyrade, le quarton et le destre.

– Le système monétaire :

+ la livre, le sol, le denier, la malhe, l’obole, la pitte.

 

Transcription du premier folio du protocole

Fol° 1, recto

1) Libvre de compoix et advération du lieu

2) de Codougnan faict par nous Jean Bruguier

3) arpanteur, habitant du lieu de Vergezes avec l’assistance

4) de Messre Claude Boissier, bailhe dud. Codognan, à

5) nous balhé au lieu et place de Claude Lafont

6) indicateur de la présant recerche[1] dud. Codognan

7) aussi avec la présance d’autres particuliers,

8) habitans dud. Codognan, ayant indiqué l’ung

9) apprès l’autre chacun suivant son rang jusques

10) a la fin de l’arpantement, le tout à la poursuite[2]

11) de Anthoine Clavel et Jeremye Puech, consuls

12) dud. Codougnan en l’année mil six cens unze

13) par lesquels on a leur réquisition, la déclaration

14) dud. arpantement nous auroict esté faicte par

15) les officiers ordinaires du lieu et baronye de

16) Calvisson, comissaires à ce depputtés par nos

17) Seigneurs les généraux des Aydes de Montpellier

18) suivant l’appointement de la requeste à eux

19) présantée par lesd. consuls et habitans et

20) en suivant aussi les deslibérations entre eux

21) prinses. Et apprès avoir heu presté le

22) serment en tel cas requis par devant

23) Me Nicolas, juge ordinaire dud. Calvisson,

24) rapportons nous estre acheminés suivant

25) l’indication qui nous a esté faicte par led.

26) Boissier et autres et avec leur asistances par

27) tout le terroir du presant lieu de Codognan

28) et commancé led. arpantement, clausade par

29) clausade, l’une apprès l’autre suivant le rapport

30) des clausades et degrés y appres mentionnés

 

Fol° 1, verso

1) dans le présant libvre de compois, tant maisons

2) courts, cazals, passaiges, jardins, candinieres, terres

3) vignes et tout autre terroirs appartenant ausd. habitans

4) et non habitans, et faict led. arpantement et mesuration

5) avec ung destre de dix huict pans de long, et suivant

6) la délibération prinze entre lesd. habitans avons

7) mis pour chacune cesteyrade cent destres quarrés et

8) au quarton vingt cinq destres, ainsin qu’a esté arresté

9) [e]ntre lesd. habitans. Et (apprès)[3] avoir faict le mesurage et

10) arpantement de lad. recerche, avons appellé tant lesd.

11) habitans que autres, l’ung apprès l’autre et en leur

12) [p]résance avons faict lecture de leurs pieces que

13) ont accordé la conipvance[4] d’icelles, le tout en la

14) présance dud. Boissier, indicateur et autres ; et

15) en tout ce dessus, disons avoir esté par nous

16) procédé le plus exactement et justement que nous

17) a esté possible. Faict le premier jour du mois

18) de janvier mil six cens treze. 

19) BRUGUIER  arpanteur


[1] Recerche = français contemporain recherche, occitan recerca = « enquête cadastrale ».

[2] à la poursuite = « à la requête ».

[3] Manque dans le texte ; omission du rédacteur.

[4] Conipvance = connivance = « assentiment », « accord » ; ont accordé la conipvance d’icelles = « ont donné leur accord pour celles-ci ».

Les commentaires sont fermés.