Compoix d’Alès de 1586 (vol. 1)

f°1

Pierre CASADO

Ce compoix est formé de trois volumes qui sont en dépôt aux archives municipales d’Alès sous la cote I G 12. Ils n’ont pas été l’objet d’une restauration récente comme les précédents compoix, car ils sont dans un bon état de conservation ; le premier volume comporte de 231 feuillets et traite de quatre quartiers : le pan de la Rocque, le pan d’Escuregache, le pan du Marché, le pan des Fabraries. Le deuxième volume de 287 feuillets traite des trois autres quartiers : le pan du Pon Vieulx, le pan de Saint Vincens et le pan de las Ayres. Le troisième volume de 115 feuillets est intitulé Livre du cadastre, adveration et compoidz des terres et vignes de la ville d’Ales. Ce sont donc les forains dont les biens sont déclinés dans ce volume.

Ce compoix est différent des précédents. Les biens sont localisés par des confronts, c’est-à-dire par les limites formées par les biens des voisins, par des chemins, des rues ou des cours d’eau. Ces limites sont précisées par les points cardinaux : du levant, du couchant, du marin, d’aure. De plus les superficies sont données en palm ou pan (0,4m²), en dextre (7,3 m²), en boissel (45,62 m²) ; en carte / quarte (365 m²), en cestier (1460 m²) et salmée (2920 m²); la qualité des terres est estimée selon plusieurs niveaux de 1 à 10. Ce compoix n’est donc plus seulement une estime comme les précédents car la valeur des biens est évaluée aussi en fonction de leur superficie après arpentage.

 Sur 57 éléments de vocabulaire relevés dans ce compoix 9 ressortissent à la langue française ; 4 peuvent se rattacher à l’une ou l’autre de ces deux langues (court ; fourt, etc.) ; 44 ressortissent à la langue occitane, mais sont francisés ; les mots féminins devant se terminer par -a, se terminent par -e ; le son [υ] autrement dit o fermé, graphié /o/ en occitan est noté à la française par le digramme /ou/ ; le son ñ, noté en occitan par /nh/, est noté à la française par /gn/.

Dans ce document de la fin du XVIe siècle, plus de 78% d’éléments de vocabulaire appartiennent exclusivement à la langue occitane.

Lexique

– Le bâti :

+ arc, s. m. ; (au Marché, maison, arcz sur la rue, estable et porge descouvert en partie crotté) ; occitan arc = « arche ».

+ bouticque, s. f. ; (une crotte et bouticque ; une bouticque au dessoubz de Jacques Leches ; bouticque eclipcée de la maison des hoirs de Bernard Bonal ; une bouticque eclipcée de la maison de Claude Fabre) ; français moderne bouticque, « boutique » ; a remplacé l’occitan botiga.

+ cauquiere, s. f. ; (une cauquiere) ; occitan calquièra / cauquièra = « fosse de tanneur ».

+ cazal, s. m. ; (cazal jadis maison) ; occitan casal = « petite construction quelquefois sans toiture, proche ou éloignée de la maison, servant de remise ».

+ colombier, s. m. (a la Rocque, ung molin, colombier) ; occitan colombièr = « pigeonnier ».

+ court, s. f. ; (maison descouverte et court) ; français moderne court ou occitan cort = « cour ».

+ cortilhon, s. m. ; (une bouticque et cortilhon ; deux crottes et ung cortilhon par dernier se joignant ensemble) ; occitan cortilhon = « petite court ».

+ crotte, s. f. ; (une crotte et bouticque) ; occitan cròta = « pièce voûtée ».

+ crottée, adj. m. et f. ; (maison descouverte crottée ; le descouvert crotté) ; francisation de l’occitan crotada = « voûtée ».

+ descouvert, s. m. (le descouvert crotté) ; francisation de l’occitan descobert = « partie sans toiture ».

+ descouverte, adj. f. ; (maison descouverte) ; francisation de l’occitan descoberta = « sans toiture ».

+ eclipcée, adj. f. ; (bouticque eclipcée de la maison des hoirs de Bernard Bonal ; une bouticque eclipcée de la maison de Claude Fabre) ; français moderne eclipcée = « retranchée », « séparée ».

+ estable, s. m. (a la traverse d’aqui pres ung estable) ; occitan estable ou français moderne estable = « écurie », « étable ».

+ fenieyre, s. f. (fenieyre ayant par dessoubz une crotte ; estable et fenieyre) ; occitan fenièra = « fenil ».

+ fourt, s. m. ; (mas non habité, fourt ; maison, court, fourt et estable) ; forme corrompue de l’occitan forn ou du français four = « four à cuire le pain ».

+ logis, s. m. ; (maison… faizant logis) ; occitan logís ou français moderne logis = « hôtellerie ».

+ maison, s. f. ; (maison descouverte crottée) ; français moderne maison = « maison » ; a remplacé l’occitan ostal.

+ mas, s. m. ; (mas non habité, fourt, vigne, oliviers, arbres fruictiers, bois et elzières) ; occitan mas = « petite contruction agricole ou abri pour la commodité des animaux ou de la culture des terres voisines ».

+ molin, s. m. (maison ou y a ung molin ; a la Rocque ung molin, colombier ; en Fenoudeilhe, ung molin a bled ; a la Fabrarie, molin a huille) ; occitan molin = « moulin ».

+ porge, s. m. (une maison et porge) ; occitan pòrge = « porche ».

+ tinal, s. m. (tinal et court) ; occitan tinal = « cave », « cellier ».

– L’agraire :

+ avitz, s. f. ; (rouviere et prat complanté d’avitz) ; occitan avitz / vitz = « vigne ».

+ beal, s. m. ; (canabiere et pret complanté de cavailhons, son beal passant au milhieu) ; français moderne beal = « bief d’un moulin », « canal d’irrigation » ; a remplacé l’occitan besal.

+ bois / bosc, s. m. ; (bois et herm ; castanet, oliviers et bosc) ; français moderne bois et occitan bòsc = « bois ». La forme bòsc est rare dans ce compoix.

+ bruguiere, s. f. (terre, hermasses et bruguière) ; occitan bruguièra = « terrain couvert de bruyère ».

+ cade, s. m. (les cades, terre, bois et hermasses) ; occitan cade = « genévrier ».

+ canabiere, s. f. ; (canabiere et sauzarede) ; occitan canabièra = « chènevière ».

+ castanet, s. m. ; (vigne, castanetz et hermas) ; occitan castanet = « châtaigneraie ».

+ cavailhon, s. m. ; (pret complanté de cavailhons) ; occitan cavalhon = « cep de vigne en échalas ».

+ chastanhier, s. m. ; (vigne et bois en partie complanté de jeunes chastanhiers ; a Montault, terre en partie complantée de chastanhiers jeunes) ; graphie occitanisée du français moderne chastaigniers = « châtaigniers » ; a remplacé l’occitan castanièrs.

+ clappas, s. m. (arbres fruictiers, rancquarede et clappas) ; occitan clapàs = « tas de pierres », « terrain pierreux ».

+ elziere, s. f. ; (arbres fructiers, bois et elzieres) ; occitan elzièra = « bois de chênes verts ».

+ estacque, s. f. (vigne, petitz oliviers, estacques) ; occitan estaca = « jeune plant d’olivier ».

+ euze, s. m. ; (dans le bois commung de la ville, roures, euzes, pradas, hermas et bois complanté de certains chastanhiers) ; occitan euse = « chêne vert ».

+ gravas, s. m. ; (terres labourives, gravas et vignes) ; occitan gravàs = « grève étendue ».

+ grave, s. f. ; (terre et grave traversant Gardon ou il passe de present) ; occitan grava = « grève », « gravier ».

+ hermas, s. m. ; (vigne, castanetz et hermas) ; occitan ermàs = « grand terrain infertile, très inculte ».

+ jardin, s. m. ; (maison et jardin) ; français moderne jardin = « jardin » ; a remplacé l’occitan òrt.

+ labourive, adj. f. ; (en Pradarie Basse, terres labourives) ; francisation de l’ancien occitan laboriva = « labourable » ; la forme occitane devrait être laurable.

+ olivarede, s. f. ; (en Cauvel, olivarede) ; occitan olivareda = « oliveraie ».

+ olivette, s. f. (a Puchaut, olivette) ; occitan oliveta = « oliveraie ».

+ olivier, s. m. (oliviers et arbres fruictiers ; terre et oliviers ; castanet, oliviers et bosc) ; occitan olivièr ou français moderne olivier = « olivier ». On aurait pu attendre la forme occitane oliu.

+ ping, s. m. ; (au Pignyer, ung hermas ou il y a plusieurs arbres pingz) ; francisation de l’ancien occitan pinh / pin = « pin ».

+ pouzaige, s. m. ; (jardin avec pousaige au puytz coumung) ; occitan posatge = « droit de puiser l’eau ».

+ pradas, s. m. ; (euzes, pradas, hermas ; au Molin de l’Om pradas) ; occitan pradàs = « grand pré ».

+ pret, s. m. ; (pret complanté de cavailhons) ; graphie corrompue du français moderne pred = « pré » ; a remplacé l’occitan prat.

+ ranc, s. m. ; occitan ranc = « escarpement rocheux ».

+ rancquarede, s. f. (arbres fruictiers, rancquarede et clappas ; vigne et rancquarede) ; occitan rancareda = « affleurement rocheux », « escarpement rocheux ».

+ ribe, s. f. ; (terre haulte et basse au dessoubz de la ribe et graves) ; occitan riba = « berge ».

+ roure, s. m. (terres et roures ; dans le bois de la ville, roures, euzes, pradas) ; occitan rore = « chêne blanc ».

+ sauzarede, s. f. ; (pret et sauzarede) ; occitan sausareda = « saulaie ».

+ sauze, s. m. ; (canabiere et sauzes) ; occitan sause = « saule ».

+ vigiere, s. f. ; (sauzarede et vigiere ; a la Loubiere, castanet et vigiere) ; occitan vigièra = « oseraie ».

+ vigne, s. f. ; (terre, vigne, petitz oliviers) ; français moderne vigne ou occitan vinha = « vigne ».

– La voirie :

+ androune, s. f. ; (androune joignant le moulin de Monsieur de Montaud) ; occitan androna = « impasse ».

+ carriere, s. f. ; (carriere passant au milhieu) ; occitan carrièra = « chemin », « rue ».

+ viol, s. m. (viol entre deux) ; occitan viòl = « petit chemin ».

 

compoix 1586 A

Les commentaires sont fermés.