Les nouvelles théologies protestantes dans le Pacifique Sud. Etude critique d’un discours religieux et culturel contemporain.

Gilles Vidal nouvelles theologies protestantes Pacifique

Gilles VIDAL, Les nouvelles théologies protestantes dans le Pacifique Sud. Etude critique d’un discours religieux et culturel contemporain, Paris, Karthala, 2016, 468 p. Préface de Jean-François Zorn.

Description de l’éditeur :
Dans les années 1960, de jeunes pasteurs du Pacifique cherchent à se démarquer de la théologie héritée de missionnaires européens ou américains débarqués un siècle et demi plus tôt sur leurs îles. Accompagnant le mouvement politique nationaliste de revendication à l’indépendance ou à l’autonomie de leurs territoires, ils remettent au goût du jour les valeurs de la kastom, la culture – voire de la religion – des ancêtres, ou supposées telles, et s’efforcent de les articuler avec celles du christianisme importé.
De ce mouvement naissent des théologies fortement contextualisées ou inculturées, dans lesquelles des symboles tels que le cocotier, la case, la terre ou le pays, le kava, le porc, l’igname, etc. se hissent au même niveau d’interprétation que les figures bibliques et théologiques. C’est ce processus de contextualisation qui est étudié ici à partir d’un corpus assez large de thèses et de mémoires, d’ouvrages et d’articles ainsi que de compte-rendus de consultations ecclésiales ou théologiques issues majoritairement du champ protestant anglophone, sans toutefois négliger la production francophone.
L’auteur offre d’abord une vue diachronique en passant en revue les ouvrages de trois théologiens des années 1960 aux années 2000 : Sione Amanaki Havea de Tonga, Sevati Tuwere de Fidji, Ama Amalele Tofaeono des Samoas Occidentales. Chacun représente un stade du développement de cette théologie océanienne. L’ouvrage traite ensuite de façon synchronique une série de thèmes à l’œuvre dans cette théologie du Pacifique. Sur un axe se déroulant du divin à l’humain, il examine les conceptions d’un Dieu et d’un Christ « du Pacifique » avant de cerner les spécificités de la théologie dite « de la célébration » et de la « théologie de l’identité » océanienne. La dernière partie se présente, quant à elle, comme une tentative de systématiser la problématique de la contextualisation de la théologie, d’en cerner les enjeux, les débats et leur incidence sur l’oecuménicité du christianisme.
Au carrefour de l’histoire missionnaire contemporaine, de la sociologie et de l’anthropologie religieuses aussi bien que de la théologie, le tableau proposé ici entend s’inscrire dans une discipline singulière, la missiologie, qui se comprend comme une dynamique, eu égard à son interrogation permanente sur les interactions entre les pratiques et leur théorisation.
Gilles Vidal est maître de conférences en histoire du christianisme à l’époque contemporaine à l’Institut protestant de théologie – Faculté de Montpellier où il co-dirige le Centre Maurice-Leenhardt de recherches en missiologie. Il est également membre du Centre de recherches interdisciplinaires en Sciences humaines et sociales (CRISES) de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, E.A. 4424.

Les commentaires sont fermés.