L’art du XIXe siècle. L’heure de la modernité

art-au-19e

 L’art du XIXe siècle. L’heure de la modernité (dir. scientifique :  Bertrand TILLIER ; dir. éditoriale : Geneviève RUDOLF), Paris, Citadelles & Mazenod, 2016, 624 p.

lart-au-xixe-auteurs

Résumé de présentation :

Pensée dans une perspective internationale ouverte sur l’Europe au sens le plus large (pays scandinaves, Finlande et Europe de l’Est compris) et sur l’Amérique du Nord, cette ambitieuse synthèse revisite plus d’un siècle de création (1789-1914). Rompant avec le découpage classique « peinture/sculpture/architecture/arts décoratifs/photographie », elle envisage une approche transversale élargie. Le XIXe siècle est, en effet, le moment où se développe une réflexion théorique et où s’amorce une véritable démocratisation de l’art, des œuvres, du patrimoine. La formation des artistes, les réformes du Salon, l’émergence du marché de l’art, l’inflation de la critique, la naissance du musée, la conception de l’architecture et de l’urbanisme, la sculpture publique, le développement de la photographie… sont autant de dimensions où est impliqué le public auquel les œuvres sont destinées. De « l’art pour l’art » à « l’art pour tous », les artistes modernes ou académiques se trouvent confrontés à la nécessité de promouvoir leur création, de l’exposer, de la diffuser. Avec près de 700 illustrations, cet ouvrage de 600 pages fait l’état des connaissances actuelles sur l’art du XIXe siècle et donne au lecteur à réapprécier ses chefs-d’œuvre, mais aussi à découvrir les visages internationaux de la modernité. Un index des noms cités et des œuvres illustrées figure à la fin du livre.

Brochure de présentation ⇒

courbet-latelier-du-peintre

Sommaire :

Introduction : Le règne du spectateur, le XIXe siècle entre modernité et démocratisation (Bertrand Tillier)
1. Procession des « ismes » ou parade des individus ? Comment s’écrit l’histoire de l’art du XIXe siècle (Pierre Wat)
2. Centres, marges, lisières : espaces et mobilité de l’art au XIXe siècle (Frank Claustrat)
3. La formation artistique au XIXe siècle (France Nerlich)
4. Salon(s), marché et critique d’art (Laurent Houssais)
5. L’image multiple et l’oeuvre reproductible (Bertrand Tillier)
6. Construire une nouvelle société (Laurent Baridon)
7. La ville sculptée (Sébastien Clerbois)
8. Arts décoratifs et arts appliqués (Rossella Froissart)
9. Une hiérarchie des genres contestée et réévaluée (Julie Ramos)
10. Art et photographie au XIXe siècle : les ambiguïtés d’un nouveau modèle (Paul-Louis Roubert)
11. Musée, patrimonialisation et restauration : les nouvelles représentations du passé (Dominique Poulot)
Conclusion : La modernité des antimodernes (Bertrand Tillier)

LES AUTEURS

Sous la direction de Bertrand TILLIER, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Bourgogne et directeur du Centre Georges Chevrier, auteur de plusieurs ouvrages sur la caricature et la presse satirique et spécialiste des rapports entre art et politique, culture et société aux xixe et xxe siècles,

le présent volume réunit les contributions de :
Laurent BARIDON (Université Lumière Lyon II)
Frank CLAUSTRAT (Université Paul-Valéry, Montpellier III)
Sébastien CLERBOIS (Université Libre de Bruxelles)
Rossella FROISSART (Université Aix-Marseille)
Laurent HOUSSAIS (Université Bordeaux Montaigne)
France NERLICH (Université François Rabelais, Tours)
Dominique POULOT (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)
Julie RAMOS (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)
Paul-Louis ROUBERT (Université Paris-VIII)
Pierre WAT (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

citadelle-et-mazenod-logo

art-3

Les commentaires sont fermés.