Toulouse au Grand Siècle. Le rayonnement de la Réforme catholique (1590-1710).

– Estelle MARTINAZZO, Toulouse au Grand Siècle. Le rayonnement de la Réforme catholique (1590-1710). Préface de Serge BRUNET. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

Toulouse au Grand Siecle

Présentation de l’éditeur :

Après l’âge d’or du pastel, en entrant dans les guerres de Religion (1560-1598), Toulouse sombre dans un long déclin économique. On a alors abusivement associé – voire justifié – celui-ci par le choix d’un catholicisme sans partage de ses élites, jusques au cœur du petit peuple. Que penser de ce déterminisme partisan, qui a eu d’abord comme conséquence de dissuader des recherches universitaires sur le temps du catholicisme triomphant?
Toulouse, refuge des clercs et citadelle assiégée, durant un demi-siècle, par les protestants de Montauban, de L’Isle-Jourdain et du Pays de Foix, s’avère désormais, sous le régime de l’édit de Nantes (1598-1685), comme le grand centre de la Réforme catholique – et de la Contre-Réforme – du Midi. Le rayonnement de son évêché, et de son archevêché, se trouve décuplé par l’action de son parlement au vaste ressort, dont on a guère voulu retenir, après les moqueries rabelaisiennes à son encontre, que la condamnation du libertin Jules César Vanini (1619) et celle protestant Jean Calas (1762).
Ce livre, fruit d’une intense et profonde enquête scientifique, sans concessions, s’attache à rendre aux Toulousains une part de leur histoire trop longtemps demeu- rée dans l’ombre. Elle révèle les multiples facettes de la créativité, plurielle, de leurs prédécesseurs, dont le patrimoine artistique témoigne toujours de la puissance. Ce fut Toulouse au Grand Siècle.
Ces pages vous engagent à une lecture, pluri-sensorielle, de ce long siècle. Elles mettent l’accent sur les médiations opérées par un clergé catholique réhabilité, et totalement renouvelé, d’abord dans un cadre paroissial et diocésain renforcé par le Concile de Trente (1545-1563). Elles présentent, avec la même impartialité, la vie des protestants qui, à Toulouse comme dans l’ensemble du royaume de France, connaissent alors un déclin constant. La Révocation de l’édit de Nantes (1685), et ses cruels tourments, aura, parmi ses multiples conséquences, – étonnant paradoxe déjà démontré – de réveiller leur conscience en entrant dans le siècle des Lumières.

Docteur et agrégée d’histoire, Estelle Martinazzo enseigne l’histoire-géographie au lycée Pierre Bourdieu de Fronton. Sa thèse de doctorat, dont le présent ouvrage est issu, a été soutenue en 2012 devant l’Université Paul-Valéry de Montpellier.

Les commentaires sont fermés.