VIDAL Gilles

Maître de conférences en histoire du christianisme à l’époque contemporaine à l’Institut protestant de théologie, Montpellier (depuis 2011).

———————————————————————————————————————————————————-

Appel à communication : Les missions allemandes : leur liquidation et leur résilience 1914-1939
36e colloque du Centre de Recherche et d’Échanges sur la Diffusion et l’Inculturation du Christianisme (CREDIC). Neuendettelsau (Allemagne) 2015 (direction scientifique Annie Bart, Marc Spindler et Gilles Vidal)

———————————————————————————————————————————————————-

Journée d’études : Les Facultés de Théologie de Montauban (1808-1919) et Montpellier (1919 – ) Transferts et transitions
Université Paul-Valéry de Montpellier, 28 mai 2015. Programme ⇒

journee etudes facultes theologie Montauban Montpellier mai 2015

———————————————————————————————————————————————————-

– Codirecteur du Centre Maurice-Leenhardt de recherche en missiologie IPT –  Montpellier (depuis 2011).

– Membre du Comité du Centre interdisciplinaire d’étude du religieux CIER-MSH Montpellier (depuis 2011).

– Membre du réseau des océanistes e-toile Pacifique – Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie (CREDO) et Réseau Asie & Pacifique du CNRS – IMASIE (depuis 2010).

– Membre du Centre de Recherche Européen sur la Diffusion et l’Inculturation du Christianisme (CREDIC) – Lyon (depuis 2011)

– Membre de l’Association Francophone Œcuménique de Missiologie AFOM – Paris (depuis 2008) et du Comité de rédaction de la revue Perspectives Missionnaires.

– Membre de la Société d’Histoire du Protestantisme de Montpellier (depuis 2013).

– Membre de la Société d’Etudes du Méthodisme Français (depuis 2012).

Champs de recherche :

L’histoire du christianisme dans le Pacifique depuis le XVIIIème siècle jusqu’à nos jours : histoire des missions au XIXème et XXème siècle, histoire contemporaine des Églises et mouvements religieux de la région, les innovations théologiques contextuelles et le traditionalisme culturel. Recherche interdisciplinaire au carrefour de l’histoire, de l’anthropologie et de la théologie (missiologie descriptive).

 Autre champ de recherche : histoire intellectuelle de la faculté de théologie protestante de Montauban de 1808 à 1918.

Publications récentes :

Les nouvelles théologies protestantes dans le Pacifique Sud. Etude critique d’un discours religieux et culturel contemporain, Paris, Karthala, 2016, 468 p.

Gilles Vidal nouvelles theologies protestantes PacifiqueDescription de l’éditeur :
Dans les années 1960, de jeunes pasteurs du Pacifique cherchent à se démarquer de la théologie héritée de missionnaires européens ou américains débarqués un siècle et demi plus tôt sur leurs îles. Accompagnant le mouvement politique nationaliste de revendication à l’indépendance ou à l’autonomie de leurs territoires, ils remettent au goût du jour les valeurs de la kastom, la culture – voire de la religion – des ancêtres, ou supposées telles, et s’efforcent de les articuler avec celles du christianisme importé.
De ce mouvement naissent des théologies fortement contextualisées ou inculturées, dans lesquelles des symboles tels que le cocotier, la case, la terre ou le pays, le kava, le porc, l’igname, etc. se hissent au même niveau d’interprétation que les figures bibliques et théologiques. C’est ce processus de contextualisation qui est étudié ici à partir d’un corpus assez large de thèses et de mémoires, d’ouvrages et d’articles ainsi que de compte-rendus de consultations ecclésiales ou théologiques issues majoritairement du champ protestant anglophone, sans toutefois négliger la production francophone.
L’auteur offre d’abord une vue diachronique en passant en revue les ouvrages de trois théologiens des années 1960 aux années 2000 : Sione Amanaki Havea de Tonga, Sevati Tuwere de Fidji, Ama Amalele Tofaeono des Samoas Occidentales. Chacun représente un stade du développement de cette théologie océanienne. L’ouvrage traite ensuite de façon synchronique une série de thèmes à l’œuvre dans cette théologie du Pacifique. Sur un axe se déroulant du divin à l’humain, il examine les conceptions d’un Dieu et d’un Christ « du Pacifique » avant de cerner les spécificités de la théologie dite « de la célébration » et de la « théologie de l’identité » océanienne. La dernière partie se présente, quant à elle, comme une tentative de systématiser la problématique de la contextualisation de la théologie, d’en cerner les enjeux, les débats et leur incidence sur l’oecuménicité du christianisme.
Au carrefour de l’histoire missionnaire contemporaine, de la sociologie et de l’anthropologie religieuses aussi bien que de la théologie, le tableau proposé ici entend s’inscrire dans une discipline singulière, la missiologie, qui se comprend comme une dynamique, eu égard à son interrogation permanente sur les interactions entre les pratiques et leur théorisation.
Gilles Vidal est maître de conférences en histoire du christianisme à l’époque contemporaine à l’Institut protestant de théologie – Faculté de Montpellier où il co-dirige le Centre Maurice-Leenhardt de recherches en missiologie. Il est également membre du Centre de recherches interdisciplinaires en Sciences humaines et sociales (CRISES) de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, E.A. 4424.

– « Le Fenua comme lieu de Révélation de la Sagesse » in Matthey Jacques, Vialle Catherine, Vidal Gilles (dir.), Sagesse Biblique et Mission, Paris, Editions du Cerf, 2016.

– Recension de HABERMAS Rebekka & HÖLZL Richard eds., Mission Global. Eine Verflechtungsgeschichte seit dem 19 Jahrhundert, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 2014. 348 p. pour la revue Social Science and Mission, Vol. 1-2, 2015.

– Collaboration à CABANEL P. & ENCREVE A., Dictionnaire Biographique des protestants français de 1787 à nos jours, Paris, les Editions de Pars Max Chaleil, 2015.

– «  L’autonomie de l’Église Évangélique en Nouvelle-Calédonie et aux îles Loyauté en 1960 : imbrications politico-religieuses » in Eyezo’o Salvador et Zorn Jean-François (dir.), L’autonomie et l’autochtonie des Églises nées de la mission XIXe-XXIe siècles, Paris, Karthala, 2015.

« La contextualisation de la théologie protestante dans le Pacifique depuis les années 60 », Archives des Sciences Sociales des Religions, n°157, janvier-mars 2012.

– « La traduction de la Bible : une question d’inhérence ? Pistes pour une esquisse d’une théologie de la traduction », Perspectives Missionnaires, N°64, 2012-2.

– Recension de Douaire-Marsaudon Françoise et Weichart Gabriele (dir.), Les dynamiques religieuses dans le Pacifique. Formes et figures contemporaines de la spiritualité océanienne, Marseille, Credo, 2010 in Social Sciences and Missions, vol. 25, Issue I-II, 2012.

« La culture au cœur de la théologie : la formation des pasteurs océaniens dans la deuxième moitié du XXème siècle au Pacific Theological College de Fidji », Histoire et Missions chrétiennes, n°20, décembre 2011.

 – « Les débuts de l’évangélisation protestante de l’île d’Ouvéa », Histoire et Missions chrétiennes, n°6, juin 2008.

« Des évangélistes  ‟ français ″ oubliés : l’action missionnaire des natas des îles Loyauté dans le Détroit de Torres à la fin du XIXème siècle », Etudes Théologiques et Religieuses, Tome 81, 2006/3.

– « Femmes et violence dans le Pacifique, un point de vue ecclésial et théologique », Perspectives Missionnaires, N°49, 2005-1.

Communications :

– Séminaire permanent de Recherche en missiologie du Centre Maurice-Leenhardt : « Discours culturel et discours religieux : l’exemple de la théologie protestante océanienne contemporaine »,  17 novembre 2011, IPT – Montpellier.

– Séminaire permanent de Recherche en missiologie du Centre Maurice-Leenhardt : « La traduction de la Bible en mission : une question d’inhérence ? », 15 novembre 2012, IPT – Montpellier.

– Séminaire d’histoire religieuse et sociale CRISES : « De la Mission au Contexte : faire de la théologie en Océanie au XXe siècle. Développement d’un discours religieux identitaire », le 22 mai 2013, UPV Montpellier 3, Saint Charles.

– Journée d’études « La Faculté de théologie de Montauban : un lieu d’études au carrefour des sciences* » IPT Montpellier, 14 mai 2013. Communication : « La Faculté de théologie de Montauban : un laboratoire ? ».

– Colloque du CREDIC sur « Autonomie et autochtonie des Eglises » du 26 au 29 août à Yaoundé : « L’autonomie de l’Eglise Evangélique en Nouvelle-Calédonie et aux îles Loyauté en 1960 : imbrications politico-religieuses ».

– Colloque E-toile du Pacifique les 3-4 octobre : « Quelques exemples de liturgie protestantes océaniennes actuelles », EHESS, Paris.

– « De la défense du drapeau de l’Évangile à celle du drapeau de la République française : réactions des protestants océaniens face à la Grande Guerre », colloque international Les Océaniens dans la Première Guerre mondiale : Nation, nationalisme et sentiment d’appartenance, organisé par l’Université de Picardie Jules Vernes, Amiens 17-19 avril 2014 lien →
Résumé :
En août 1916 arrivent à Marseille les premiers indigènes du Bataillon de Marche du Pacifique, composé de Tahitiens et de Calédoniens. Un grand nombre d’entre eux sont de confession protestante, issus des champs de Mission de la Société des Missions Évangéliques de Paris (SMEP). « Il ne nous a pas toujours été facile de leur faire admettre que le patriotisme peut se concilier avec l’Évangile » note un missionnaire européen. Comment l’irruption de la Grande Guerre dans le Pacifique vient-elle bouleverser les représentations océaniennes des nations européennes engagées dans le conflit ? Quelle est la rhétorique mise en œuvre par la SMEP auprès de ses missionnaires pour passer d’un discours théologique « piétiste » classique sur l’amour chrétien à celui sur la « guerre juste », avant de retrouver plus modération? Comment ce discours est-il reçu ? Telles sont les problématiques que cette contribution envisage d’aborder à partir des archives de la SMEP : procès-verbaux du Comité, lettres circulaires, Journal des Missions, et correspondance de ses missionnaires.

Affiche oceaniens 1

Les commentaires sont fermés.