ANTIER Guilhen

Guilhen Antier

Théologie systématique-Dogmatique

Contact : guilhen.antier@yahoo.fr

Cursus universitaire :

– 2014/aujourd’hui : Maître de conférences en théologie systématique (dogmatique, psycho-anthropologie religieuse) à l’Institut protestant de théologie, faculté de Montpellier
– 2008 : Doctorat « double sceau » en théologie protestante/systématique (IPT-Montpellier) et en études psychanalytiques (Université Montpellier III)
– 2003 : DESS en théologie protestante (IPT-Montpellier)
– 2002 : DEA « Liens sociaux, liens symboliques : ethnologie, sociologie, psychanalyse » (Université Montpellier III)
– 2001 : Maîtrise en théologie protestante (IPT-Montpellier)

Affiliations et responsabilités :

– Membre du Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales (CRISES – EA 4424)
– Membre du Groupe de recherche franco-canadien Christianisme : régulations et subversions (CRES – IPT/Université Montpellier 3/Université Laval-Québec)
– Co-directeur du Centre de recherche « Exégèse du texte biblique et psychanalyse » (avec Élian Cuvillier et Christophe Singer, IPT)

Champs d’enseignement et de recherche :

– La théologie de la Réforme
– La pensée de Kierkegaard
– L’herméneutique de Ricœur
– La théologie dialectique et ses héritages
– Foi chrétienne et psychanalyse

—————————————————————————————————————————————————————–

Publications


Monographie :

L’origine qui vient. Une eschatologie chrétienne pour le XXIe siècle, Genève, Labor et Fides, coll. « Lieux théologiques », 2010. 362 p.

Guilhen Antier origine qui vientPrésentation de l’éditeur :
Quelle vision de la fin des temps en registre chrétien au XXIe siècle ? Ce questionnement aux allures de défi est développé dans cet ouvrage via une approche interdisciplinaire, au croisement de la théologie, de la philosophie et de la psychanalyse. Au-delà de la métaphysique qui apparaît comme une catégorie dépassée pour évoquer aujourd’hui l’eschatologie, l’auteur propose une pensée existentielle du devenir, propre à orienter les questions sur la fin des temps dans une perspective contemporaine. La pensée de Søren Kierkegaard est ici abondamment développée. Sur la question du sens de l’eschatologie, cette recherche convoque également les pensées de Paul Ricoeur et Jacques Lacan pour explorer, à partir d’elles, les champs anthropologiques de la représentation et du désir. En reprenant une lecture des grands textes bibliques de la fin des temps à la lumière de ces réflexions l’auteur offre d’en saisir quelques retombées significatives sur la subjectivité, la création, l’éthique et la politique. A l’heure où la théologie cherche de nouvelles marques, l’ouvrage de ce jeune chercheur s’inscrit dans une perspective innovante, propre à intéresser des lecteurs soucieux d’une légitimation contemporaine de la tradition chrétienne.Guilhen Antier, né en 1980, est docteur en théologie et en études psychanalytiques. Il est pasteur de l’Eglise réformée de France, en poste à Dijon.

Contributions à des revues ou à des collectifs :

– « Penser la fin de l’histoire à l’ère post-historique. Un point de vue théologique sur l’économico-politique », Revue d’histoire et de philosophie religieuses, 96, 2016, p. 311-329.

– « L’insensibilité spirituelle : une figure kierkegaardienne du désengagement », Études théologiques et religieuses, 91, 2016, p. 429-445.

– « “Le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort.” Le christianisme est-il un transhumanisme ? », Études théologiques et religieuses 91, 2016, p. 111-127.

– « L’alliance, la migration et leur envers : l’inceste. Lecture psycho-anthropologique du cycle de Loth », Revue théologique de Louvain 47, 2016, p. 1-29.

– « Luther par Luther. Du péché à la justice, l’expérience de la foi », Études théologiques et religieuses 90 (2015/2), p. 181-201.

– « Animalité, violence, péché. Méditation sur l’impropre de l’homme », Théologiques 22 (2014/1), p. 161-188.

– « “Faites ceci en mémoire de moi” : une lecture de la Cène », Études théologiques et religieuses 89 (2014/1), p. 3-37.

– « La chute de l’éternel dans le temps chez Kierkegaard : kénose et temporalité », Laval théologique et philosophique 67 (2011/1), p. 57-67.

– « Marc 15,1-20 : Les paradoxes du Royaume », Lire et Dire 84 (2010/2), p. 27-37.

– « Y a-t-il une suspension eschatologique de l’éthique ? », in Olivier Artus (dir.), Eschatologie et morale, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « Théologie à l’Université », 2009, p. 281-296.

– « Entre résurrection et croix : nommer l’événement selon Paul (1 Corinthiens 15) », Études théologiques et religieuses 79 (2004/4), p. 477-492.

 —————————————————————————————————————————————————————–

Participation à des colloques et à des journées d’étude :

– 2016 (1-3 septembre) : Politique des frontières : tracer, traverser, effacer, Association des théologiens pour l’étude de la morale (Sète). Intitulé de la contribution : « Frontière, fraternité et guerre ».

– 2016 (11 mars) : Origines et fondations du religieux, Maison des sciences de l’homme (Montpellier). Intitulé de la contribution : « Le fondamentalisme comme pathologie de l’origine ».

– 2015 (26 mars) : Foi et engagements : principes et enjeux d’une relation à Dieu dans l’espace réformé francophone, Séminaire d’histoire moderne des religions (Montpellier). Intitulé de la contribution : « L’insensibilité spirituelle : une figure kierkegaardienne du désengagement ».

– 2015 (15-16 janvier) : Le transhumanisme : dialogues avec Jean-Michel Besnier, IPT (Montpellier). Intitulé de la contribution : « Le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort : le christianisme est-il un transhumanisme ? »

– 2014 (26 mai) : Paul Ricœur et les phénomènes eschatologiques, Fonds Ricœur/Centre d’Études du Saulchoir (Paris). Intitulé de la contribution : « La nouvelle Jérusalem entre imagination et imaginaire : Ricœur avec Lacan ? »

– 2013 (7 novembre) : Espérance et eschatologie au XXe siècle, Université d’Artois/Institut Saint-Serge (Paris). Intitulé de la contribution : « Espérance et eschatologie : quelques thèses pour aujourd’hui ».

– 2010 (25-26 mai) : Du don à l’abandon : penser la kénose aujourd’hui, Université Laval (Québec). Intitulé de la contribution : « La chute de l’éternel dans le temps chez Kierkegaard : kénose et temporalité »

– 2008 (13-15 mars) : Eschatologie et morale, Institut catholique (Paris). Intitulé de la contribution : « Y a-t-il une suspension eschatologique de l’éthique ? »

Les commentaires sont fermés.