MURACCIOLE Jean-François

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier III

Prix des écrivains combattants 2007 pour La France au combat, 1940-1945, Paris, Perrin, 2007

a créé à l’Université Paul-Valéry Montpellier III, une « prépa » Sceinces Po

Thèmes de recherche :

– histoire militaire de la Seconde guerre mondiale

– histoire des Forces françaises libres

– histoire de la Résistance en France

– histoire du Languedoc dans la Seconde guerre mondiale

Programmes de recherche :

– Participation aux projets ANR, ANRS, programmes européens….

– Implication dans les PCRD.

– Collaborations externes, publiques (avec des organismes de recherche ou d’autres universités, nationales ou étrangères) ou industrielles.

– Conventions, contrats de coopération…

En associant avec la Fondation de la France libre et la Fondation Charles de Gaulle, et dans le cadre de mon laboratoire (EA 4424), je dirige depuis 2000 une enquête sur les soldats des Forces françaises libres (FFL), enquête non terminée et fondée sur le recueil de témoignages et d’archives. A ce jour, plus de 2000 témoignages divers ont été recueillis.
La question se pose à présent du classement, de la conservation et de la mise à disponibilité des autres chercheurs de cette énorme masse documentaire (environ 100 000 pages, 200 ouvrages de mémoire ou carnets souvent inédits, 1000 photos et diverses archives). Des contacts sont pris en ce sens avec les AD de l’Hérault et le SHD de Vincennes.

Publications récentes

Ouvrages :

Encyclopédie de la Seconde guerre mondiale, s. dir. de Jean-François MURACCIOLE et Guillaume PIKETTY, Paris, Robert Laffont, 2015, 1504 p.

Encyclopedie seconde guerre mondialePrésentation de l’éditeur :
Par sa durée, son ampleur et sa violence, la Seconde Guerre mondiale n’a épargné aucun peuple ni aucun continent. L’ambition de cette Encyclopédie est de restituer à ce conflit ses dimensions non pas seulement européennes mais véritablement planétaires. OEuvre d’une équipe internationale de cent soixante-quatre historiens, ce volume permet de rassembler et de confronter les connaissances les plus complètes à ce jour sur un des affrontements les plus meurtriers qu’ait connus le XXe siècle.
Les auteurs s’intéressent d’abord à ceux, hommes et femmes, civils et militaires, célèbres et anonymes, qui ont été les acteurs ou les victimes de cette guerre totale. Ils analysent leurs réactions et leur comportement, leurs espoirs, leurs peurs, leurs désillusions, leur courage, parfois leur héroïsme. Et les traumatismes de tous ordres qu’ils ont subis dans un monde ou l’horreur et la barbarie ont atteint des degrés inégalés. Une large place est également faite aux dirigeants politiques et chefs militaires qui ont pensé, planifié et conduit ce conflit, comme aux innombrables protagonistes qui ont agi dans l’ombre au sein des services secrets ou des forces armées. Les principaux théâtres d’opérations, des conquêtes du IIIe Reich à la bataille de l’Atlantique, des combats sur les fronts de l’Est ou du Pacifique aux bombardements nucléaires d’août 1945, sont étudiés dans leurs particularités et leur interdépendance.
L’ouvrage apporte aussi des éclairages précis et passionnants sur les aspects idéologiques, diplomatiques, stratégiques, économiques, sociaux et culturels d’une conflagration qui a bouleversé les structures et les consciences, les rapports entre les nations ainsi que l’identité de chacune d’entre elles. Il permet ainsi de vivre cette guerre au plus près de sa vérité immédiate, de mieux en comprendre les étapes et les enjeux, comme d’en éprouver toute la complexité.

Dictionnaire de la France libre, s. dir. de François BROCHE, Georges CAïTUCOLI et Jean-François MURACCIOLE, Paris, Robert Laffont, 2010.

muracciole dictionnaire france libre

Présentation de l’éditeur :
À l’occasion des 70 ans de l’appel du 18 Juin, voici un Dictionnaire de la France libre inédit, complément indispensable du Dictionnaire historique de la Résistance et du Dictionnaire de Gaulle déjà parus chez Bouquins.
Le refus de la défaite de 1940, exprimé par l’appel du 18 Juin, a poussé une poignée de volontaires à s’engager sous le drapeau à croix de Lorraine du général de Gaulle. Quatre ans plus tard, amalgamée avec l’armée d’Afrique et la Résistance intérieure au sein de la France combattante, la France libre permettra à la France de siéger à la table des vainqueurs, à Berlin, le 8 mai 1945.

La France libre n’est pas un bloc. Elle comporte quantité de facettes, de moments, de singularités qui sont aujourd’hui, pour la première fois, rassemblés dans un dictionnaire thématique, biographique et « mémoriel » comportant près de 1 350 entrées. Après un dictionnaire consacré à la Résistance – aventure collective par excellence – et un autre centré sur Charles de Gaulle – aventure essentiellement individuelle -, ce Dictionnaire de la France libre, prolongée par la France combattante, présente à la fois le rôle joué par le général de Gaulle entre le 18 juin 1940 et le 2 septembre 1945, mais aussi « une histoire collective faite, comme la Résistance intérieure, de la conjonction de destins assumés et nourrie d’initiatives individuelles » (Jean-Louis Crémieux-Brilhac).

Il montre que la France libre, en dépit de l’extrême modestie de ses moyens initiaux, est peu à peu parvenue à réaliser l’immense défi lancé à sa fondation : incarner la France. Il n’est pas un aspect de la vie nationale qui lui ait échappé, de la gestion des territoires coloniaux à la préparation des réformes économiques et politiques de la Libération – comme au sein d’un véritable gouvernement. Cet ouvrage fait aussi toute la lumière sur la Résistance dite « extérieure », qui a rassemblé, dans les territoires de l’empire et dans de nombreux pays étrangers, les hommes et les femmes, militaires et civils, décidés à poursuivre la lutte contre l’Allemagne nazie aux côtés des Anglo-Saxons et des Soviétiques. Chaque entrée fait le point, de la manière la plus précise et la plus concise, sur les grands thèmes et les principaux personnages qui ont marqué l’histoire de la France libre. Une part importante est également faite à la dimension coloniale de la France libre, trop souvent négligée.

Les milices du XVIe siècle à nos jours. Entre construction et destruction de l’État, sous la direction de Danielle DOMERGUE-CLOAREC et Jean-François MURACCIOLE, Paris, L’Harmattan, 2010, 226 p.

Muracciole milices

Présentation de l’éditeur :
Depuis une trentaine d’années, le phénomène des milices a pris une ampleur sans précédent et s’impose comme une réalité politique et majeure de notre temps. L’intérêt de l’ouvrage réside dans sa pluralité de points de vue. La mise en perspective historique, remontant à l’époque moderne, permet de comprendre le progressif glissement d’une « milice d’État » (la milice de Louvois, les gardes nationales américaines) à des milices infra-étatiques ou illégales, voire criminelles. L’analyse comparative des milices actuelles permet, en outre, de révéler les logiques politiques, financières, techniques ou médiatiques qui les sous-tendent. Enfin, le panorama est large, couvrant la plupart des conflits contemporains de l’Afrique à l’Asie du Sud-Est, des Balkans à l’Amérique latine, du Moyen-Orient à l’Asie centrale.
Réunissant une vingtaine de chercheurs, historiens, spécialistes des relations internationales, militaires, cet ouvrage propose, pour la première fois en langue française, une réflexion générale sur un phénomène central du début du XXIe siècle.

Les Français libres. L’autre Résistance, Paris, Tallandier, 2009, 424 p.

Muracciole Francais libres

Présentation de l’éditeur :
Aux combats de la France libre s’attachent quelques noms mythiques : Keren, Kub Kub, Bir Hakeim, El-Alamein…
et, plus tard, Paris, Toulon, Strasbourg, Berchtesgaden. La « croisade » gaulliste pour la libération de la France a été maintes fois retracée. Le visage des hommes et des femmes – plus de 60000 – engagés dans les Forces françaises libres de 1940 à 1943 demeure pourtant dans l’ombre. Sous l’uniforme à croix de Lorraine, ils ont été de tous les fronts, ils ont subi tous les climats : l’Éthiopie, le Levant, le désert libyen, les oasis du Fezzan, l’Italie, la Normandie, Paris, la Provence et l’Alsace, mais aussi la Russie, les cieux d’Angleterre et d’Europe, enfin toutes tes mers du globe, et surtout les convois de l’Atlantique.
Jean-François Muracciole évoque dans ce livre le parcours singulier de ces combattants, dégageant un portrait aussi étonnant qu’inédit. Une moitié de Français, souvent bretons, parisiens ou pieds-noirs, y côtoient d’anciens républicains espagnols, des antifascistes de toutes nationalités, des juifs d’Europe centrale et d’Afrique du Nord, persécutés à des titres divers, et des soldats coloniaux venus des quatre coins de l’Empire.
Et, pour ta première fois, plus de 2000 femmes y reçoivent un vrai statut militaire. Cette petite troupe bigarrée est issue de milieux socio-culturels élevés, au fort ancrage bourgeois et catholique, et l’engagement y relève d’un patriotisme toujours prégnant, mais aussi de logiques plus intimes, où l’affectivité et les structures familiales ont Leur part. L’auteur n’oublie pas la vie quotidienne des combattants : leurs convictions, leurs joies, leurs peines, leurs souffrances, sans oublier l’évaluation délicate de leurs pertes.
Enfin, il révèle l’extraordinaire pépinière de talents politiques, administratifs, industriels et scientifiques qu’ont constitué ces combattants pour la France des Trente Glorieuses. Alors que te souvenir des Français libres tend à s’effacer devant celui des résistants de l’intérieur, ce sont les contours de cette « autre Résistance », extérieure et non pas enracinée dans le sol national, que le lecteur découvrira ici.

La France au combat. De l’Appel du 18 juin à la Victoire (en collaboration avec F. Broche), Paris, Perrin, 2007, Prix des Écrivains combattants 2007.

Muracciole France combat

Dictionnaire de la Résistance en France (sous la dir. de Christine Lévisse-Touzé et François Marcot), notices « Bir Hakeim », « Conseil national français », « Comité français de libération nationale », « Conseil de Défense de l’Empire », « Création du CFLN », « Création du GPRF », « Languedoc-Roussillon », Paris, Robert Laffont, collection « Bouquins, 2006.

Dictionnaire Charles de Gaulle (sous la dir. de Guillaume Piketty et Claire Andrieu), notices : « Alain de Boissieu », « Forces françaises libres », « Dakar », « Commissariat national à l’Intérieur », « Normandie-Niemen », « Paul Giacobbi », « Edgar de Larminat », « René Capitant », « Pierre Clostermann », « Pierre Koenig », « Fondation de la France libre », Paris, Robert Laffont, collection « Bouquins », 2006.

L’ONU et la sécurité collective, Paris, Ellipses, 2006.

Histoire de la Résistance en France, Paris, PUF, collection « Que-Sais-Je ? », 1993, 4ème édit. 2005.

Directions d’ouvrage :

Dictionnaire de la France Libre, coll. « Bouquins », Robert-Laffont,à paraître en juin 2010 (136 auteurs ; 1416 notices)

Articles dans des revues et actes de colloques :

– « La prosopographie de la Seconde Guerre mondiale. Quelques considérations méthodologiques », in Histoire militaire, études de défense et politiques de sécurité des années 1960 à nos jours, s. dir. Hubert HEYRIÈS Paris Economica, 2012, p. 439-447.

– « L’Empire colonial au sortir de la Seconde guerre mondiale », Actes du colloque international organisé par l’IEP de Paris, La IVe République et l’Outre-Mer, Presses de Sciences Po, 2008.

– « Les Français libres. Pour une approche sociologique », in Le soldat volontaire en Europe au XXème siècle. De l’engagement politique à l’engagement professionnel colloque international organisé par l’ESID/CNRS-Université Paul-Valéry Montpellier III, Paris, L’Harmattan, 2007.

– « De la conférence au mythe de Brazzaville ; 1944-1969 », in Espoir, n°.152, 2007.

– « Les Français libres : les modalités de l’engagement », in La France libre, colloque organisé par la Fondation Charles de Gaulle et l’Assemblée nationale, Paris, Lavauzelle, 2005.

– « Représentations de l’étranger en France au XXème siècle : le soldat, le réfugié, le travailleur », in Migrants et migrations dans l’Europe méditerranénne, colloque international organisé par l’Université Paul-Valéry Montpellier III, mai 2004. Publication : Être étranger en Europe du Sud, Aix-en-provence, Edisud, 2005.

– « Les résistances au tournant de 1943 », in Les Saint-Cyriens dans la Résistance, Actes du colloque organisé à Aix-en-Provence par l’École spéciale militaire (Saint-Cyr-Coëtquidan), Paris, Lavauzelle, 2005.

– « Les Français libres : une jeunesse gaulliste ? », in De Gaulle et la jeunesse, colloque organisé par la Fondation Charles-de-Gaulle, Paris, Plon, 2005.

Les commentaires sont fermés.