PUGNIÈRE François

Docteur en histoire, Professeur d’histoire et géographie

Axes de recherche :

Relations interconfessionnelles en Bas-Languedoc au XVIIIe siècle.

Traditions et réceptions de l’Antiquité à l’époque moderne.

Publication de la correspondance de Jean-François Séguier www.seguier.org

Histoire du livre en Bas-Languedoc.

Travaux de thèse :

2002 : Thèse de doctorat, Histoire des civilisations, histoire des religions. Clergé et encadrement clérical en Cévennes au siècle des Lumières : le diocèse d’Alès (1694-1790), s. dir d’Henri Michel, Université Paul-Valéry, Montpellier III.

Publications :

Récits et carnets de voyage de Jean-François Séguier (1732-1766), à paraître en 2014.

– « Commerce du livre et République des lettres à Nîmes au siècle des Lumières », La République des Lettres dans le Midi rhodanien (Arles, Avignon, Beaucaire, Nîmes). Sociabilités savantes et réseaux de diffusion des savoirs au siècle des Lumières, Toulouse, Privat, à paraître en 2013.

 – « Antiquaires et antiquités au siècle des Lumières », Véronique Krings et François Pugnière, Nîmes et ses antiquités : un passé présent (XVIe-XIXe siècle), Bordeaux-Pessac, Bordeaux, Ausonius éditions, collection Scripta antiqua vol. 53, 2013, 335 p.

Nimes et ses antiquitesPrésentation de l’éditeur :
Qu’advient-il de l’Antiquité après l’Antiquité ? Le présent ouvrage interroge les mille et une façons dont l’Antiquité a, de la Renaissance au xixe siècle, été reçue, comprise, intégrée ou rejetée dans une des villes de France les plus riches en monuments romains encore visibles. Car le rapport aux civilisations anciennes n’est pas figé : il est soumis au changement en raison de l’évolution des savoirs, aussi bien que du renouvellement des enjeux sociaux, politiques et culturels.
Une approche pluridisciplinaire, au croisement de l’histoire culturelle, de l’histoire des arts, de l’analyse iconographique et de l’archéologie, a été privilégiée. Si Nîmes et ses Antiquités ne prétend pas répondre à toutes les questions, au moins permettra-t-il d’en mieux cerner les contours, tout en actualisant, sinon en renouvelant, notre perception d’un sujet dont l’intérêt dépasse de loin la seule érudition, et qui invite à scruter, et à analyser, notre rapport à un passé à la fois si lointain et si présent.

What did Antiquity become after Antiquity? This book examines the countless ways in which, from the Renaissance to the nineteenth century, Antiquity has been received, understood, integrated or rejected in a city whose Roman monuments are among the richest and most visible of France. Because our relationship to ancient civilizations is not fixed: it responds to changes in knowledge and the ebb and flow of social, political, and cultural concerns.
Our approach is multidisciplinary and brings together art and cultural history, iconography, and archeology. Nîmes et ses Antiquités is not a comprehensive treatment of all the issues, but it does trace their outlines while casting a fresh look on a subject whose importance goes beyond learned inquiry alone. It also offers a close look, and an analysis, of our relationship to a past at once so distant and so near.

– François Pugnière et Claire Torreilles, Écrire en Cévennes au XVIIIe siècle : les œuvres de l’abbé Séguier, Montpellier, PULM, 2013, 256 p.

Prospectus ECRIRE CEVENNES.indd

Présentation de l’éditeur :
Prieur curé de Saint-Jean-de-Valériscle, village cévenol, pendant trente-quatre ans, l’abbé René Séguier (1705-1767) fut un lettré et un philosophe. Il a laissé une œuvre aussi abondante que variée, conservée par les soins de son frère, Jean-François Séguier ­(1703-1784), érudit nîmois de renom. Une abondante correspondance côtoie un essai éclairé et spirituel sur Les mœurs des Cévennes (1749), mais aussi divers travaux sur « la langue du pays », cette langue d’oc qu’il entreprit de défendre et d’illustrer par une grammaire, un dictionnaire et d’élégantes traductions d’Anacréon et de Théocrite.
L’édition critique d’une partie des manuscrits de l’abbé par François Pugnière et Claire Torreilles donne l’occasion d’aborder toute la complexité des liens unissant culture populaire et culture savante dans la France des Lumières.

– « Imprimeurs et libraires nîmois au siècle des Lumières », Revue de la Société d’Histoire Moderne et Contemporaine de Nîmes et du Gard, n° 28, 2013, p. 25-41.

– « Récits de voyage et construction des savoirs antiquaires : le cas Jean-François Séguier (1732-1739) », Anabases, 14, 2011, p. 230-237.

– « Contre-réforme et reconquête de l’espace urbain : Nîmes aux XVIIe et XVIIIe siècle », Roland Andréani et Joël Fouilleron, Villes et représentations urbaines dans l’Europe méditerranéenne (XVIIe et XVIIIe siècle), Montpellier, PULM, 2011, p. 159-171.

– « Chapitre et chanoines au XVIIIe siècle », F. Pugnière (dir.), Le quartier cathédral de Nîmes à travers les Âges, Nîmes, SHMCNG/INRAP, 2010

– « Antiquaires et antiquités à Nîmes de la Renaissance aux Lumières », V. Krings et C. Valenti, Les antiquaires du Midi. Savoirs et mémoires. XVIe-XIXe siècle, Paris, Errance, 2010, p. 13-29.

– « Permanence et mutation de l’anticléricalisme dans le diocèse d’Alès (1694-1791) », Hélène Berlan, Pierre-Yves Kirschleger, Joël Fouilleron et Henri Michel, L’Anticléricalisme de la fin du XVe siècle au début du XXe siècle. Discours, images et militances, Paris, Michel Houdiard Éditeur, 2011, p. 111-128.

– Ô. Bardakci et F. Pugnière, La dernière croisade. Les Français et la guerre de Candie. 1669, Rennes, PU de Rennes, 2008.

– « Jansénisme et cultures politiques en Bas-Languedoc au siècle des Lumières », François Pugnière (Actes réunis par), Les cultures politiques à Nîmes et en Bas-Languedoc oriental du XVIIe à nos jours, Paris, L’Harmattan, 2008.

– « Les cultures de la coexistence en Bas-Languedoc oriental au siècle des Lumières. », G. Audisio et François Pugnière, Vivre dans la différence, hier et aujourd’hui, Avignon, Barthelémy, 2007.

– S. Cordier et F. Pugnière, Pierre Baux-Jean François Séguier. Lettres. 1732-1756, Avignon, Barthelémy, 2006.

– « Les Séguier, itinéraire d’une famille cévenole », G. Audiso et F. Pugnière (dir.), Un savant nîmois dans l’Europe des Lumières, Jean-François Séguier, actes du colloque de 2003, Aix-en-Provence, EDISUD, 2005.

– « Itinéraire d’un prêtre à travers la Révolution : l’abbé François Felix Laborie », Mélanges Gérard Cholvy, Publications de l’Université Paul-Valéry, Montpellier, 2004.

– « Les carrières de vicaires généraux à travers l’exemple du diocèse d’Alais. 1694-1790 », Mélanges à la mémoire de Michel Péronnet, sous la dir. de Joël Fouilleron et Henri Michel, Montpellier, Centre d’histoire moderne et contemporaine de l’Europe méditerranéenne et de ses périphéries, 2004.

– « Une mission de conversion en Cévennes : la compagnie de Jésus et le diocèse d’Alès », Religions et pouvoirs dans le Midi de la France de l’Antiquité à nos jours, Nîmes, SHMCNG, 2001, p. 115-142.

– « Une reconstruction lente et difficile : l’Église cathédrale d’Alès aux XVIIe et XVIIIe siècle », Congrès archéologique de France : Congrès du Gard, Paris, 2000, p. 87-99.

Direction d’ouvrages :

– Véronique Krings et François Pugnière, Nîmes et ses antiquités : un passé présent (XVIe-XIXe siècle), Bordeaux-Pessac, Ausonius éditions, 2013.

Le quartier cathédral de Nîmes à travers les Âges, Nîmes, SHMCNG/INRAP, 2010.

– François Pugnière (Actes réunis par), Les cultures politiques à Nîmes et en Bas-Languedoc oriental du XVIIe à nos jours, Paris, L’Harmattan, 2008.

– G. Audisio et F. Pugnière, Vivre dans la différence, hier et aujourd’hui, Avignon, Barthelémy, 2007.

– G. Audiso et F. Pugnière (dir.), Un savant nîmois dans l’Europe des Lumières, Jean-François Séguier, actes du colloque de 2003, Aix-en-Provence, EDISUD, 2005.

 

Les commentaires sont fermés.