FRAYSSENGE Jacques

Diplômé d’Études Supérieures d’Archivistique

Conservateur du Patrimoine

Docteur en Histoire (E.H.E.S.S, Paris, 1984, directeur de recherches : Émmanuel Le Roy Ladurie).

Habilité à diriger des recherches (Université Paul-Valéry, Montpellier III, 1999).

Chargé de mission au Conseil Général de l’Hérault, service Patrimoine ethnologique, 1981-1984.

Conservateur des Archives Municipales de Millau, depuis 1984.

Activités de recherche :

Mes premiers travaux dans le cadre d’un doctorat de 3e cycle, ont été menés sur Millau, une communauté urbaine du Midi véritablement hantée par le problème du fractionnement religieux entre catholiques et protestants, emblématique à cet égard. D’où une démarche dans laquelle le clivage religieux est le fil directeur d’une analyse en terme d’histoire démographique, économique, sociale et qui fait nettement apparaître : la domination de la communauté protestante avant la Révocation, qui contribue à l’effacement de cette communauté et enfin le dynamisme « affairiste » d’une minorité demeurée fidèle à sa foi d’origine dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, à une époque où la persécution s’atténue, où « l’esprit » capitaliste et protestant cher à Max Weber s’épanouit dans les industries du cuir et de la peau.

Cette insistance sur le religieux comme facteur essentiel des évolutions sociales a conduit dans la continuité de ma thèse, à m’intéresser aux émotions populaires dans le sud du Massif Central puis aux résistances à la Révolution essentiellement en milieu rural, suite à la Constitution civile du clergé et aux persécutions menées contre les prêtres réfractaires. L’un comme l’autre thème de recherche ont fait apparaître toute l’importance des facteurs locaux d’animosité qui servaient de canevas aux stratégies émeutières ou aux options politiques. Ces territoires marqués par une forte vitalité du catholicisme romain ainsi qu’une méfiance à l’égard de l’autorité publique et une fidélité aux notables locaux, auraient pu devenir une seconde Vendée, mais un certain nombre de facteurs s’y sont opposés, parmi lesquels figurent une tendance persistante à la modération politique entretenue par l’isolement et le fractionnement de ces hautes terres.
Isolement et fractionnement dont l’expérience ethnologique a su mettre l’accent sur tout un capital de traditions ou de cultures locales, entre autres, les récits collectés sur les exploits de la résistance des persécutés du jacobinisme (chouans ou brigands selon les dires).

L’intérêt de mes recherches pour l’enquête orale a été confirmé par une étude approfondie en collaboration avec Anny Bloch ingénieur de recherches au CNRS, du monde des croyances populaires et des légendes dans les Grands Causses, en un pays où les formes du relief suscitent des interprétations fantastiques alimentant des peurs récurrentes, loups, fées, sorcières, diable, sabbats…. Matière riche, fluide, fugace qu’il convient nécessairement de confronter à l’archive surtout pour ce qui concerne la légende du loup-garou, Jean Grin du Causse Noir, qui fut l’un des acolytes du fameux Sans Peur, et, dont l’imaginaire relève peut-être d’un vieux mythe aragonais (recherches en cours). Par là, mes travaux touchent à l’ethnologie, ce que j’ai confirmé dans une recherche collective menée dans le cadre de la Mission du Patrimoine (Ministère de la Culture), sur la démographie et les structures familiales du Larzac (canton du Caylar), en collaboration avec Elie Pélaquier. Ce travail qui relève d’une problématique chère aux anthropologues, m’a permis de traiter de la dévolution du patrimoine en rapport avec les stratégies d’alliance, et d’aborder le problème majeur de l’émigration qui vide ces zones d’altitude de leur substance, attirée vers le bas-pays.

Cet ensemble de recherches menées sur le Sud-Rouergue et ses prolongements languedociens a été complété par des recueils systématiques de sources (notamment, celui des Archives de l’Hôpital Général de Millau sous l’Ancien Régime) et des bibliographies destinées aux étudiants, élaborées dans le cadre de ma profession de conservateur du Patrimoine.
La prise en compte de méthodes d’investigations variées qui relèvent de l’histoire, de l’ethno-anthropologie, de l’archivistique a forgé un cadre de références qui puisse rendre intelligible une culture du « local » jusqu’à une échelle plus générale. Ainsi en guise d’ouvertures, et en vue de directions de recherches futures, j’ai proposé à partir du Rouergue une médiation historique sur la notion du pays : unité qui remonte généralement à l’Antiquité, permanence des limites, mais en même temps force des diversités qui accentuent les particularismes, les contrastes et les ruptures, entraînant l’écartèlement des pays et l’affermissement de tempéraments originaux qui s’expriment en particulier face à la centralité.
Bien qu’intentionnellement réduite, ce type de recherches donne en réalité corps et formes aux grandes entités abstraites telles que la croissance de l’Etat, l’idéal de chrétienté, le réflexe identitaire. Son ancrage apparent dans le particularisme, voire dans l’exceptionnalité, renvoie en définitive, au concept d’universalité.

Principales publications

Millau, une ville du Rouergue sous l’Ancien régime (1668-1789). Société catholique et société protestante (préfacé par Émmanuel Le Roy Ladurie), Millau, Imprimerie Trémolet, 1990, 368 p.

frayssenge millau une ville du rouergue

Les êtres de la Brume et de la Nuit : peurs, revenants et sorcières des Grands Causses hier et aujourd’hui. Montpellier, Presses du Languedoc Max Chaleil, 1987, 218 p.

frayssenge etres de la brume et de la nuit

– Frayssenge Jacques, Marcorelles Hubert, Groueff Sylvie, Pélaquier Élie, Richard Jean-Claude (préface), Pays et famille du Caylar . Nîmes, Lacour, 1996, 2 vol. en 1 (IV-222 p. et 221 p.)

– Daniel André, Jacques Cros-Saussol, Jacques Frayssenge, Jean-Luc Bonniol, Philippe Joutard (Préface), Dire les Causses : Mémoire des pierres, mémoire des textes. Éditions du Beffroi, 2003, 375 p.

dire les causses

Travaux récents :

– « Olives et oliviers d’après le livre de raison d’Antoine Emery, médecin de Beaucaire, 1694-1727 », en coll. Avec Élie Pélaquier, L’olivier et l’identité des pays de l’Europe méditerranéenne : de l’arbre à l’huile, Journée du Centre d’Histoire Moderne et Contemporaine de l’Europe méditerranéenne et de ses périphéries, Montpellier, 17-18, mars 2006, à paraître.

– « Louis d’Arpajon et les consuls de Millau (1628-1692) », in Louis, duc d’Arpajon, seigneur de Séverac et grand du Royaume, Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, Rodez, 2007, p. 133-146.

« Les Mémoires sur le Rouergue de Pierre Prion (1753-1754) », In Études Aveyronnaises, Recueil des travaux de la Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, 2008, p. 163-173.

⇒ article disponible en ligne

– « Le Journal de Voyage de Marcel de Serres sous la Restauration : aspects ethnographiques et historiques de la Cévenne à la Méditerranée. » In Études héraultaises, 2009, à paraître.

Les commentaires sont fermés.