15 octobre 2015 : La mort dans les amphithéâtres

vanit 1

 Jeudi 15 octobre 2015 de 17h à 19h30,
Université Paul-Valéry Montpellier III, Site Saint-Charles, Salle des Colloques 2

– Anastasios BRENNER : « Renoncer aux vanités du monde à l’âge positif ou la voie de la science. »

– Frédéric ROUSSEAU : « Faut-il haïr son ennemi pour le tuer ? Réflexions d’historiens sur les pratiques de violence et de cruauté durant les deux guerres mondiales. »

Nos sociétés contemporaines manifestent une inquiétude généralisée de la fin — fin de l’état Providence ou de la démocratie, fin des humanités, de la littérature, de l’histoire… En même temps se met en place un discours de renoncement qui porte aussi bien sur le progrès social ou politique que sur la pertinence des humanités et des sciences sociales dans l’économie du savoir, sans parler de leur capacité à concevoir la résolution de la crise ou même son analyse. Ce discours, qui pourrait, dans une certaine perspective, être perçu comme mélancolique lorsqu’il est accepté par les intéressés eux-mêmes, nécessite une analyse particulière quant à ses formes et sa finalité, d’autant qu’il se présente avec toutes les caractéristiques d’une autorité paradoxale.

Dans cette perspective, le séminaire 2015 de Quid novi ? interroge la figure singulière que constitue la vanité, qui impose la fin comme construction et spectacle. La composition picturale que le terme désigne au premier chef constitue une formule iconographique historique centrale, mais loin d’être unique, de la figure : il y a des vanités en littérature, des vanités dans la philosophie, l’histoire des sciences, la politique ou la théologie, des vanités en histoire et en psychanalyse. C’est à leur analyse que ce séminaire est dédié.

Vanites 15 octobre 2015Télécharger le calendrier ⇒

vanit 3Contacts : marie.blaise@univ-montp3.fr , sylvie.triaire@univ-montp3.fr

—————————————-

Plan de situation ⇒

Site Saint CharlesUniversité Paul-Valéry, Site Saint Charles, Rue du Professeur Henri Serre.

Accès sur le site en tramway  : lignes 1 et 4, arrêt Place Albert Ier

logo CRISES

Les commentaires sont fermés.