L’Œdipe : un rêve de Freud ?

Vendredi 13 novembre  (14h30 – 17h30) :

Conférences du département de psychanalyse, Laboratoire CRISES – Université Paul-Valéry Montpellier III
Site Saint-Charles, Salle des Colloques 1

Bernard PENOT, Ancien interne des hôpitaux de Paris, psychanalyste, membre titulaire de la Société Psychanalytique de Paris, médecin-directeur du Cerep-Montsouris (Paris XIVe) :
« Revisiter la fonction paternelle et son rapport au masculin »
Marie-Jean SAURET, Professeur émérite de l’Université de Toulouse Jean-Jaurès, psychanalyste, membre del’association de psychanalyse Jacques-Lacan (APJL) :
« Relativiser la radicalité de l’Œdipe ? »

Oedipe 13 novembre 2015Depuis un certain temps, diverses publications soutiennent l’idée selon laquelle la théorie analytique serait née à Vienne dans une société bourgeoise, placée sous le signe du patriarcat, à laquelle appartenait Freud. La thèse œdipienne, que Freud déploie, de sa correspondance avec Fliess jusqu’à L’homme Moïse en passant par Totem et totem, serait ainsi l’expression d’un moment de la culture et ne saurait donc prétendre à l’universalité. L’ethno-psychanalyse fournit sans doute des éléments susceptibles de venir à l’appui de cette critique. Le même critique frapperait les élaborations conduites par Lacan sous le chef du Nom-du-Père. On sait pourtant que Lacan est aussi celui qui a procédé à un certain « démontage » de l’Œdipe pour faire du Père une fonction et le corréler au symptôme. Repris sous un angle contemporain, la question est de savoir si, au-delà des mises en scène imaginaires dont le mythe sophocléen a produit le modèle, la question de l’Œdipe freudien pose encore – et de quelles façons – des questions fondamentales touchant la structure du sujet humain.

Site Saint-Charles, Salle des colloques 1

Rue du Professeur Henri Serre, arrêt de tramway Place Albert Ier

Plan de situation ⇒

Site Saint Charles

Accueil-tourbillon_bleuhalo1

logo CRISES

logo UPV rouge

Les commentaires sont fermés.